Les Cahiers de l'Iroise parus en 2018

Cahier n° 228

Janvier-mars 2018

 

Le béton, ça a du bon

 

en couverture : Pierre Péron

Brest 1970, le triomphe de la ville cubique, Mairie de Brest-Bellevue (salle des mariages), huile sur toile, 1971

 

25 € chez Dialogues

32 € port compris > je commande

Sommaire

  • COATIVY Yves - Éditorial
  • ABILY Gaëlle - Brest labellisée 
  • LE COUÉDIC Daniel - Brest et le béton, un couple à disculper
  • ELLEOUET Gilbert - Immeubles Art Déco à Brest
  • CELTON Yann - Autour du béton, un style sacré nouveau est né Brest, 1950-1970
  • DESCHAMPS Danielle, HOURDIN Maryse, JAOUEN Yvonne et SALAUN Yvette - Construction d'une église en béton moulé à Saint-Marc
  • HASCOËT André - Entre "cottage" et "caserne", les premières habitations à bon marché de Brest
  • HASLÉ-LE GALL Brieg - Un triple paquebot de béton... L'Hôpital Augustin Morvan
  • PAILLER Yves - Le Phénix du boulevard Gambetta
  • DE KERSAUSON Rémi - Freyssinet, un grand nom de la construction
  • KOSTIOU Jeremi - Les panneaux Michelin des années 1950-1960 dans le Léon
  • CHAURIS Louis - Dans le nouveau Brest, le béton... tempéré par la pierre
  • CISSÉ Gérard - Méprise, rendons à César... 
  • et vos rubriques habituelles : Autour du thème, Chronique des fureteurs et curieux, Voir et Lire, Activités de la Société d'Études

Éditorial

La ville de Brest voit aboutir cette année d’une reconnaissance patrimoniale bienvenue à travers la labellisation Ville d’art et d’histoire, juste retour des choses. La Société d’Études de Brest et du Léon est bien placée pour rappeler les problèmes de regard sur le passé d’une ville martyrisée et traumatisée.

À l’automne 1944, le vieux Brest est détruit, un vaste chantier de reconstruction s’ouvre selon une logique qui, sans être forcément politique, fait en grande partie table rase du passé. La vieille église Saint-Louis et le théâtre, qui auraient pu être conservés, sont sacrifiés sans trop d’états d’âme. Le vide patrimonial qui s’ensuit est porteur de toutes les nostalgies. C’est très sensible dans les premiers numéros des Cahiers de l’Iroise qui commémorent l’ancienne ville tout au long de leurs pages. Il faut attendre le début du XXIe siècle pour que les choses s’infléchissent, sans doute parce que la génération qui a connu le Brest d’avant-guerre passe.

Le regard change dans le même temps. Plus question de comparer l’ancienne et la nouvelle ville, il faut désormais comprendre celle-ci sans pour autant se référer au passé. Si l’évolution mémorielle semble aboutie, il n’en va pas encore de même de la vision des monuments et Brest est trop souvent décrite comme une ville du béton, assimilée d’une certaine façon aux grands ensembles des années 1950-1970.

Ce nouveau Cahier a pour objet de montrer que le matériau mis en œuvre lors de la Reconstruction, mais déjà utilisé avant – on a tendance à l’oublier –, a permis de superbes réalisations. La ville nouvelle a sans doute des défauts mais aussi bien des qualités et elle partage au moins avec le vieux Brest une grande homogénéité.

Yves Coativy

Communiqué de presse

CP-Cahier 228.pdf
Document Adobe Acrobat 393.2 KB

Revue de presse

Interview d'Yves Coativy sur France Bleu Breizh Izel
Extrait de l'émission "Breizh au pluriel" où samedi 14 avril 2018 Gaël Bizien recevait Yves Coativy à propos du n° 228 des "Cahiers de l'Iroise"
Les Cahiers de l'Iroise sur France Bleu
Fichier Audio MP3 15.1 MB

Présentation du n° 228 des Cahiers de l'Iroise, Faculté Victor Segalen, Brest, jeudi 12 avril 2018 - clichés © François Olier 

Cahier n° 229

Avril-juin 2018

 

En Bretagne, d'île en île

 

en couverture :
Râmine, Le phare de l'île Louët

 

25 € chez Dialogues

32 € port compris > je commande

Sommaire

  • COATIVY Yves - Éditorial
  • HASLÉ-LE GALL Brieg - La trilogie insulaire de Nicoby et Patrick Weber
  • FICHOU Jean-Christophe - Une île phare : le phare de l'île Noire
  • AUPHAN Éric - De l'Armistice à l'art de vivre : quand les îles du Ponant entrent en résistance (1918-2018)
  • KOSTIOU Jeremi - Témoignages inédits de la Seconde Guerre mondiale à l'île de Batz
  • ABJEAN René - Enezen gaer, île bien aimée - Musique et musiciens des îles de Bretagne
  • FOLLET Jean-Philippe - La dernière grasaouerez de l'île de Batz
  • COATIVY Yves et GRANGÉ Marie-Thérèse - Une excursion à l'île de Sein en 1881
  • QUINQUIS Benoît - Ouessant TSF, première station maritime française de Télégraphie Sans Fil
  • BOUDIC Bernard - Prosper Michel de Mougon : un chantier naval à Tibidy
  • CHAURIS Louis - En mer d'Iroise... Béniguet au large du Conquet
  • BOUDOU Pierre - Instructions pour la nourriture et l'allaitement des enfants à l'usage des femmes d'Ouessant
  • PÉRON Claude - Laëtitia Beauverger, la vision naturaliste d'une photographe amoureuse des îles de l'Iroise
  • LAOT Albert - L'Amicale des anciens élèves du lycée en baraques de l'Harteloire n'est plus
  • et vos rubriques habituelles : Autour du thème, Chronique des fureteurs et curieux, Voir et Lire, Activités de la Société d'Études

Éditorial

Les premiers témoignages sur les îles bretonnes sont très anciens et deux d’entre eux sont particulièrement intéressants. Le premier est de Strabon (63 av. J.-C. - 23/25 ap. J.-C.), qui rappelle que « Posidonius affirme qu’il y a dans l’Océan une petite île, qu’il situe devant l’embouchure de la Loire et pas tout à fait en haute mer, habitée par les femmes des Samnites possédées de Dionysos et vouées à apaiser ce dieu par des rites mystiques et par toutes sortes de cérémonies sacrées. Aucun homme ne met le pied sur cette île ; en revanche, les femmes elles-mêmes traversent l’eau pour s’unir à leurs maris et s’en retournent ensuite. La coutume veut qu’une fois par an elles enlèvent le toit du temple et en refassent un le même jour, avant le coucher du soleil, chacune y apportant sa charge de matériel. Celle dont le fardeau tombe à terre est déchiquetée par les autres, qui promènent alors ses membres autour du temple en criant l’évohé et ne s’arrêtent pas avant que leur délire ne prenne fin. Or il arrive toujours que l’une ou l’autre d’entre elles tombe et doive subir ce sort ».

Quant à Pomponius Mella, qui écrit entre 24 et 44 ap. J.-C., il nous rapporte au sujet de l’île de Sein que « Sena, dans la mer Britannique, en face du littoral des Osismes, est célèbre par l’oracle d’une divinité gauloise dont les prêtresses, consacrées par une virginité perpétuelle, sont, dit-on, au nombre de neuf ; on les appelle Gallizenas et on les croit douées du pouvoir singulier de soulever les mers et les vents par des formules magiques, de se métamorphoser à volonté en n’importe quel être animé, de guérir des maux qui, pour d’autres, sont incurables, de connaître et de prédire l’avenir ; mais ce sont des dons qu’elles réservent aux navigateurs, à ceux mêmes qui se sont mis en route dans la seule intention de les consulter » (textes traduits par Jean-Yves Éveillard, L'Armorique antique - Aremorica antiqua, 2013).

Il est étonnant de constater qu’au début de l’ère chrétienne, tous les clichés sur l’Armorique sont déjà présents : un monde insulaire mystérieux, la possibilité de connaître l’avenir, une religion proche de la magie, les tempêtes et le vent… Le tout est heureusement réservé aux navigateurs chanceux ! Rassurez-vous, ce Cahier de l’Iroise aborde les îles mais de façon plus apaisée. 

Yves Coativy

Communiqué de presse

CP-Cahier 229.pdf
Document Adobe Acrobat 926.5 KB

Revue de presse

Cahier n° 230

Juillet-décembre 2018

à paraître le 12 décembre 2018

 

Russes et Bolcheviks

en Bretagne - XIXe-XXIe siècles

 

en couverture : Prise d’armes au Port de commerce de Brest devant la Chambre de commerce, 2e brigade spéciale russe, 2 août 1916 

© Archives municipales de Brest 

 

25 € chez Dialogues

32 € port compris > je commande

Sommaire

  • DERRIEN Dominique - Éditorial
  • CISSÉ Gérard - Des hommes de la Marine impériale russe au cimetière Saint-Martin
  • KERFEUNTEUN Gurwann - Amitié franco-russe et festivités
  • LE BOT Jean-Michel - Le poète symboliste Alexandre Blok à l'Aber-Wrac'h et à Quimper
  • OLIER François - Brest et la Russie (1916-1917)
  • CHINIAKOV Maxim - Le transport des troupes russes vers Brest (1916-1917)
  • PIÉGAIS Gwendal - Été 1916 : le débarquement des brigades russes à Brest
  • DERRIEN Dominique - « Avant le cataclysme », chronique de Brest et d'un diplomate brestois, vice-consul de Russie à Brest entre 1913 et 1917
  • BOULÈRE Jean-Paul - Simon Rikatcheff, un soldat du corps expéditionnaire russe en France en 1916... et après
  • PÉRON Claude - Lesconil et les mutins de la mer Noire de 1919
  • LE MOIGNE Alain - 1919 à Brest, une année sociale à l'ombre du drapeau rouge
  • LE BOT Jean-Michel - Vladimir Vernadsky, un pionnier des travaux sur la biosphère : quelques précisions sur ses séjours en Bretagne (juillet 1908 et août 1924)
  • PRIOL Gildas - La compagnie russe des F.F.I. de Brest
  • COURANT Hugues et WELSCHEN Laure - De sang et de pierre, les Ouchacoff à Brest
  • QUINQUIS Benoît - Elena Tikhomirova, d'un bout du monde à l'autre
  • PÉRON Claude - Valéry Ribakov, metteur en scène de théâtre russe, artiste et voyageur de l'Oural à Brest
  • BERTHOU-BALLOT Christine - 1916-2016 : un monument pour commémorer l'arrivée des troupes russes à Brest il y a un siècle
  • et vos rubriques habituelles : Autour du thème, Activités de la Société d'Études, Voir et Lire  

Éditorial

« De l’Oural à l’Atlantique », tel aurait pu être le  titre de ce numéro consacré aux Russes en Bretagne du XIXe au XXIe siècles. Il s’agit bien sûr de l’inversion d’une expression fameuse du général de Gaulle qui associait souvent « l’Atlantique » et « l’Oural » entre 1950 et 1962 dans ses allocutions. L’ordre de l’utilisation de ces termes géographiques n’était évidemment pas neutre. Il exprimait une vision géopolitique formulée, dès le 25 octobre 1944. L’ancien chef de la France libre, alors président du Gouvernement provisoire de la République française, estimait que « séparer l’Europe orientale de sa partie occidentale » était un « non-sens ». Ce qui est pour nous une évidence ne le fut pas hélas pendant plusieurs décennies.

Ce présent numéro des Cahiers de l’Iroise se penche justement sur l’histoire de la présence russe à Brest et en Bretagne du XIXe au XXIe siècle. Il se propose de réorienter nos regards, nos représentations : le passé et le présent du port du Ponant et de sa région ont aussi des accents russes. Souvenons-nous de la présence impressionnante, et longtemps impensable, des navires russes lors des fêtes maritimes de Brest en 2016.

Les contributions variées de notre publication donnent encore plus de profondeur à cet événement qui relève désormais de l’histoire de Brest, de la Bretagne et de l’Europe. Elles soulignent qu’en plusieurs occasions, Russes, Brestois et Bretons se rencontrèrent au cours d’événements heureux, malheureux voire tragiques. Ce furent logiquement des marins, mais aussi des soldats des deux guerres mondiales, des architectes, des scientifiques  et des artistes. Leur venue provoqua le plus souvent l’enthousiasme et l’amitié, mais aussi parfois la crainte lors de la Seconde Guerre mondiale. Beaucoup ont combattu et sont morts pour la France ou en tant qu’alliés de la France. Certains, victimes de mauvaises fortunes, reposent même à jamais en terre bretonne. Ils inspirent donc le plus grand respect et la plus grande reconnaissance.

Ce premier éditorial ne saurait s’achever sans l’expression de ma plus profonde gratitude envers Yves Coativy, ancien président de la Société d’Études de Brest et du Léon, auquel j’ai l’immense honneur de succéder. C’est une tâche prenante mais ô combien passionnante ! Mes remerciements vont aussi à Gérard Cissé qui a, une fois encore, assuré la tâche longue, délicate et décisive de la mise en page. Ce riche numéro, qui éclaire des strates supplémentaires de l’histoire de Brest et de la Bretagne, est donc le fruit d’un travail collégial et d’une passion que nous espérons faire partager au plus grand nombre.

Dominique Derrien

Communiqué de presse

CP-Cahier 230.pdf
Document Adobe Acrobat 956.9 KB

Revue de presse

La Société d'Études de Brest et du Léon, éditrice des Cahiers de l'Iroise, a été fondée en 1954.

Moteur de recherche

À paraître le 12 décembre 2018

Rendez-vous

Mercredi 12 déc. à 11h

Présentation du n° 230 des Cahiers de l'Iroise

Espace Bernard Giraudeau, Quai Éric Tabarly, Marina du Château de Brest

Jeudi 13 déc. 2018 à 17h
Salle Tessier 

Les statues romaines découvertes dans la région de Douarnenez
par Jean-Yves Éveillard

 

Conférence suivie

du dîner de fin d'année de la Société d'Études 

Nouveautés

Édition spéciale, octobre 2018
Édition spéciale, octobre 2018
Hors-série n° 6, sept. 2018
Hors-série n° 6, sept. 2018

Précédents numéros

n° 229, avril-juin 2018
n° 229, avril-juin 2018
n° 228, janvier-mars 2018
n° 228, janvier-mars 2018

Hors-série

Hors-série n° 5, sept. 2017
Hors-série n° 5, sept. 2017

J'adhère à la SEBL !

Bulletin d'adhésion 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 279.2 KB